L’utilisation du téléphone cellulaire au volant demeure problématique au Québec. En vue de se rallier contre ce fléau, les patrouilleurs de tous les services de police québécois réaliseront une opération concertée en sécurité routière dans la semaine du 26 septembre. La Société de l’assurance automobile du Québec mène par ailleurs une campagne de sensibilisation sous le thème de «Texter au volant, c’est se foutre des conséquences» depuis le 19 septembre dernier.

Lors de cette opération conjointe déployée sur l’ensemble du territoire québécois, les policiers porteront une attention particulière à l’utilisation du téléphone cellulaire au volant et interviendront si d’autres infractions au Code de la sécurité routière ou au Code criminel sont commises.

L’utilisation du téléphone cellulaire au volant, que ce soit pour parler ou pour envoyer des textos, réduit l’attention et la concentration du conducteur et augmente considérablement les risques de commettre d’autres infractions au Code de sécurité routière ou d’être impliqué dans une collision.

Rappelons qu’en vertu de l’article 439.1 du Code de sécurité routière, le seul fait de tenir en main, tout en conduisant, un appareil ayant une fonction téléphonique constitue une infraction.

Tout conducteur qui commet cette infraction s’expose à une amende de 80$ plus les frais et la contribution, pour un total de 120$, et à quatre points d’inaptitude.

Les policiers québécois demandent donc la collaboration de tous les usagers de la route, pour leur sécurité, et n’hésiteront pas à intervenir s’ils constatent que des infractions sont commises.