Le maire de Shawinigan, Michel Angers, a présenté ce matin en compagnie des membres de son conseil le plan de réduction de la dette sur lequel ils planchent depuis des mois.

La principale mesure de ce plan est l’adoption d’un plafond annuel d’emprunt de 16 millions de dollars pour l’année en cours et les années à venir.

En fait, si le plan est respecté à la lettre, les élus de Shawinigan ne pourraient adopter de règlements d’emprunts supérieurs à 16 millions par an, et ce jusqu’en 2035.

Déjà pour 2016, afin de respecter cette stratégie, les règlements d’emprunt du plan triennal d’immobilisation ont été revus à la baisse afin de faire passer la facture de 23,8 millions à 15,7 millions de dollars.

Cette mesure, couplée à une gestion serré du budget de chaque année courante devrait permettre selon les prévisions de voir la dette décroître à compter de 2020.

En incluant les investissements liés à la captation et le traitement de l’eau potable, la dette nette de la ville devrait progresser jusqu’à 158 millions en 2020 et ensuite redescendre à 120 millions en 2035, ce qui représente une diminution de 24% en 15 ans.

Interrogé à savoir si ce plan ferait parti de ses arguments de vente lors de la prochaine campagne électorale, le maire Angers s’est défendu d’agir en fonction d’objectifs électoraux mais à plutôt insisté pour dire qu’il s’agissait d’une question de responsabilité face aux contribuables actuels et futurs. En 2035, les gens nous remercieront d’avoir agi, a-t-il prédit.

Pour plus de détails et entendre des extraits, suivez nos bulletins.